F.P. JOURNE


Une FP Journe vendue 255.000 euros au profit de la Fondation Prince Albert II de Monaco

L’horloger français François-Paul Journe a créé un exemplaire unique de son fameux Chronographe Monopoussoir Rattrapante qui a été offert pour le 10ème anniversaire de la Fondation Prince Albert II de Monaco. Ce dernier a été mis aux enchères et vendu 400.000 dollars singapouriens (255.000 euros) durant le Bal de Charité de Singapour sous le haut patronage de S.A.S Prince Albert II de Monaco.


La maison F.P. Journe participe régulièrement à des œuvres caritatives en créant des montres en pièces uniques qui sont ensuite, mises en enchères aux profits d’actions visant à venir en aide aux plus démunis ou à la recherche médicale.
 
Dernier en date ? Un Chronographe Monopoussoir Rattrapante présentant un très beau cadran bleu marine, un « visage » tout à fait singulier et unique avec ses chiffres inspirés des ossements d’oracle évoquant le passage du temps…

Ce dernier a été mis aux enchères à Singapour à l'occasion du bal de charité qui s'est tenu dans le Marina Bay Sands. Il est parti pour l'équivalent de 255.000 euros, soit environ quatre fois et demi son prix au catalogue...
 
Basé sur de nombreuses consultations qui se sont tenues avec des savants et des scribes réputés, François-Paul Journe a réinterprété cette ancienne écriture chinoise spécifiquement pour ce cadran. D’où ces chiffres des heures et ceux des compteurs des minutes et des secondes à l’aspect totalement inhabituel.  
 
Rappelons que les inscriptions sur ossements d’oracle (oracle bone script en anglais) étaient une forme de caractères chinois gravés sur des ossements d’animaux ou sur des plastrons de tortue (la partie ventrale), utilisés principalement pour la pyromancie. Comme son nom l’indique, cette pratique divinatoire s'appuie sur l'aspect des flammes d’un feu pour connaitre le futur. Ces inscriptions sur ossements sont la forme la plus ancienne d’écriture chinoise connue à ce jour.

« Commençant avec Wu Ding, dont l’ascension est estimée par les chercheurs entre 1250 à 1200 av. JC, cette forme d’écriture a supervisé les règles des neuf derniers rois de la dynastie Shang, démontrant un niveau de maturité qui reflète son évolution sur plusieurs centaines d’années » indique la marque dans son communiqué.
 
Hautement pictographique, dû en partie aux difficultés de gravure sur des surfaces dures, les anciennes écritures Shang sur ossements d’oracle sont les ancêtres directs de l’écriture chinoise contemporaine. Dans les anciennes écritures chinoises, contrairement à l’écriture contemporaine, les mots étaient lus de droite à gauche alors que les inscriptions sur ossements d’oracle commençaient au centre de l’ossement ou du plastron et venaient en miroir des deux côtés et rayonnaient vers les bords.
 
Avec ses pictogrammes prenant des significations différentes selon qu’ils sont placés selon certaines combinaisons, l'écriture sur ossements d'oracle est une forme d'écriture rare enracinée dans l'histoire. Parmi les milliers de gravures retrouvées jusqu'à présent, beaucoup restent encore indéchiffrées ; ce qui ne fait qu'ajouter à leur nature mythique.
 
L’imposant boîtier de 44 mm de diamètre et son bracelet en titane assorti, avec finition mate, est identique à la lineSport existante en catalogue. On retrouve les inserts en caoutchouc fixés sur le boîtier et le bracelet avec un procédé exclusif pour protéger la montre des frictions sur les surfaces lisses à l’instar de parechocs des voitures anciennes.
 
Le mécanisme à remontage manuel en alliage d’aluminium offre la fonction chronographe monopoussoir rattrapante avec une réserve de marche de 80 heures. La très grande date par guichet de 5.2 x 2.8 mm procure une visibilité accrue. L’ensemble pèse dans les 75 grammes.


Montres-de-luxe.com | Publié le 12 Novembre 2018 | Lu 501 fois