Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Girard-Perregaux Laureato : retour d'un grand classique des seventies


Alors que Girard-Perregaux s’apprête à célébrer son 225ème anniversaire, la manufacture vient de développer deux séries limitées de son iconique modèle Laureato, né en 1975, qui sera commercialisé cette année en deux séries limitées de 225 pièces en acier de 41 mm ; l’une sur cadran bleu (notre choix) et l’autre sur cadran gris.



La Laureato fait partie de ces montres iconiques des années 70. De ces sportives en acier qui ont révolutionné le marché il y a quarante ans. Certes, ce modèle n’est pas aussi célèbre que la Nautilus de chez Patek Philippe, ni que la Royal Oak de chez Audemars Piguet, ni même que l’Ingenieur de chez IWC, mais ce garde-temps s’inscrit dans la même lignée et fait un beau retour cette année sur le devant de la scène.
 
Pour la petite histoire, rappelons que le nom de la montre fut suggéré par le distributeur italien de Girard-Perregaux : il s’inspire du film culte de Mike Nichols, « Le Lauréat » (1967), interprété par Dustin Hoffman, Anne Bancroft et Katharine Ross. Ce nom de baptême était osé, en effet, à l’époque, le film fit scandale, puisqu’il mettait en scène une histoire d’amour entre un jeune étudiant et une femme mature… Une cougar dirait-on de nos jours.  

La Laureato arrive sur le marché en 1975. Dès sa naissance, elle était dotée d’une particularité : celle de pouvoir se conjuguer en or, voire même en version bicolore, option relativement rare dans ces années-là. Dès 1984, et après sa période quartz, la Laureato accueille des complications qui font évoluer son allure. Si la lunette reste octogonale et polie, le bracelet intégré s’enrichit d’entre-maillons bombés dont la surface polie entre en dialogue avec le brillant de la lunette.
 
En 1995, son boitier s’élargit pour accueillir le calibre mécanique extra-plat GP 3100 à remontage automatique. La lunette et la carrure gagnent en espace tandis que l’esthétique des maillons de son bracelet s’achemine vers la forme d’un « h ». En 1996, la version chronographe engendre la collection Olimpico tandis qu’en 1998, cette évolution esthétique se prête à l’emboîtage du célèbre calibre tourbillon sous trois-ponts d’or, signature G-P par excellence !
 
A partir de 2003, le design de la Laureato entre dans le troisième millénaire tandis que sa taille dépasse les 40 mm. Le boîtier de la Laureato Evo3 affiche en effet un diamètre de 44 mm. La lunette octogonale, pour la première fois satinée, prend ses aises à l’intérieur du cercle tandis que le remontoir et les poussoirs vissés soulignent la sportivité de la collection. Le modèle connaitra ensuite de très nombreuses versions…

Cette année, signe de temps difficiles et de périodes incertaines, la marque revient aux basiques avec un modèle en acier, trois aiguilles-date. Une pièce au design intemporelle dotée d’un boitier de taille plus raisonnable (41 mm). Dommage toutefois que cette sportive ne soit étanche qu’à 30 mètres, c’est un peu léger pour une montre de cette trempe.
 
A noter que les aiguilles « bâtons » (très belles) sont celles du modèle d’origine. Elles sont agrémentées d’une touche de matière luminescente, tandis que le cadran, tantôt gris blanc tantôt bleu marine est frappé comme les premières éditions de 1975, d’un motif « clou de Paris » de toute beauté. La date s’affiche classiquement à 3h. Les deux verres saphir sont quant à eux traités antireflets.
 
La Laureato est équipée du calibre manufacture GP03300-0030. Ce mouvement mécanique à  remontage automatique peut être observé à travers le fond du boîtier, vibre à 28’800 alternances par heure et affiche une réserve de marche traditionnelle de 46 heures.

Spécificités techniques

Boîtier en acier 41 mm
Epaisseur : 10.10 mm
Glace saphir antireflet
Cadran argenté ou bleu en motif « clous de Paris »
Aiguilles « bâton» luminescents
Fond saphir antireflet
 
Etanchéité : 30 mètres (3 atm)

Mouvement GP03300-0030 à remontage automatique
Diamètre: 25,60 mm (11 1/2 ’’’)
Epaisseur : 3.20 mm
Fréquence: 28’800 alt/h - (4 hz)
Rubis : 27
 
Réserve de marche : min. 46 heures
 
Bracelet acier 

Montres-de-luxe.com | Publié le 2 Février 2016 | Lu 3157 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos