Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Horlogerie suisse : les métiers de la montre continue d’attirer les jeunes


Selon un récent communiqué de la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse (CP), « les métiers de la montre continuent d’attirer les jeunes. Plusieurs centaines d’apprentis sortent chaque année des écoles professionnelles leur diplôme en poche. Alors qu’en 1984 (première année de relevé des données) seuls 137 personnes décrochaient leur sésame, en 2013 on en compte pratiquement trois fois plus, soit 385. Ce chiffre marque une nouvelle fois un record : une progression de 1% par rapport à 2012, année particulièrement exceptionnelle où l’on comptabilisait déjà 381 diplômés. En comparaison, on n’en dénombrait que 330 en 2011 et 318 en 2010 ».



Ces chiffres concernent huit métiers menant à un Certificat fédéral de capacité (CFC) ou à une Attestation fédérale de formation professionnelle (AFP). Ces métiers, dont la CP a la responsabilité en tant qu’organisation du monde du travail, couvrent les principales étapes de réalisation d’un garde-temps, de la conception des plans à la fabrication des composants, en passant par l’assemblage et le réglage du mouvement. Ils sont enseignés dans sept écoles des métiers réparties dans l’Arc horloger : Bienne, Genève, Granges, Le Locle, Le Sentier, Porrentruy et St-Imier.
 
Après le chiffre record enregistré en 2012 avec 463 nouveaux contrats, les apprentis ayant entamé leur apprentissage dans le domaine horloger et microtechnique en 2013 sont un peu moins nombreux avec 437 unités (-5.6%). Toutefois, force est de constater que, sur le moyen terme, là aussi la tendance est à la hausse : on dénombrait 425 nouveaux contrats en 2011 et 386 en 2010.
 
A ce sujet, il est réjouissant d’observer que la part des apprentis ayant signé un contrat en entreprise  (apprentissage dual) continue de progresser. En effet, le dual franchit une nouvelle fois la barre des 40% pour s’établir à 40.5% (contre 40.2% en 2012). En chiffres absolus, cela signifie que 177 jeunes apprendront leur métier en entreprise, contre 260 à plein temps à l’école des métiers. Selon la dernière enquête sur les besoins en effectifs réalisée par la CP, il est impératif que cette proportion du dual continue à progresser, en d’autres mots que les entreprises formatrices continuent à former massivement des apprentis.
 
Par ailleurs, la bonne nouvelle est que la progression du dual touche surtout les métiers de la mécanique où traditionnellement la formation en entreprise est peu fréquente. C’est le cas du métier de micromécanicien, dont l’apprentissage a subi une refonte complète entrée en vigueur en 2013, et de celui de dessinateur-constructeur en microtechnique. Ces deux métiers étant axés sur la pratique, ils sont particulièrement bien adaptés au travail en entreprise. Ainsi le micromécanicien passe de 15.3 à 22.2% d’apprentis en dual, alors que le dessinateur triple la mise en passant de 5.7 à 19.3%. A noter encore que pour trois des métiers analysés, l’apprentissage se déroule exclusivement en entreprise, la part du dual se trouve donc à 100%.
 
Rappelons que la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) est l'organisation faîtière des employeurs de l'industrie horlogère et microtechnique. Elle regroupe près de 400 entreprises occupant plus de 48'000 travailleurs.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Mars 2014 | Lu 368 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances | Test de mise en place OMEGA