Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Richard Mille RM 72-01 LMC : 150 exemplaires pour les cent ans du Mans


Alors que Richard Mille s’apprête à célébrer les cent ans du Mans à l’occasion de Le Mans Classic, la grande rencontre d’automobiles classiques qui aura lieu ce week-end dans la Sarthe, revenons sur cette RM 72-01 LMC toute de blanc et vert vêtue qui embarque un calibre chrono flyback « maison » dans son boitier avant-gardiste en quartz TPT ! Seuls 150 exemplaires seront produits.



Limitée à 150 exemplaires, la RM 72-01 LMC (Le Mans Classic dont Richard Mille est partenaire historique), le boitier de ce chrono flyback se pare pour l’occasion d’un duo de quartz TPT vert et blanc.
 
La conception et la réalisation de la montre suivent une approche globale pour le boîtier, le cadran et chaque pièce du mouvement. Ainsi, le cercle d’emboîtage est supprimé et le mouvement est fixé au châssis au moyen de 4 vis en titane et de silentblocs.
 
Le quartz TPT du boitier est un matériau composé de plus de 600 couches de filaments disposés parallèlement, obtenus en séparant des fibres de silice. D’une épaisseur maximale de 45 microns, ces couches sont saturées en résine blanche ou verte développée spécialement pour Richard Mille, puis superposées dans une machine spéciale qui modifie de 45° l’orientation des fibres entre chaque couche.

Chauffé à 120 °C et soumis à une pression de 6 bars dans un autoclave similaire aux dispositifs utilisés dans la fabrication de composants aéronautiques, le matériau est alors prêt à être usiné sur une machine CNC dans les ateliers de production Richard Mille.
 
On remarque que l’usinage révèle l’agencement aléatoire des couches de quartz ; les fibres de quartz sont généralement utilisées dans des applications très haute performance du fait de leur résistance à de hautes températures, de leur solidité et de leur transparence aux ondes électromagnétiques.
 
Le boîtier (de 38.40 x 47.34 mm) tripartite est étanche à 30 mètres, grâce à trois joints toriques en Nitril. Il est assemblé au moyen de 20 vis spline en titane grade 5 et de rondelles en acier inoxydable 316L résistantes à l’usure. Quant à la couronne, elle est en titane grade 5 et céramique TZP noire avec collier en caoutchouc.

Comme un écho aux performances futures des bolides qui s’affronteront durant un double tour de cadran sur les 13,626 kilomètres du circuit du Mans, les aiguilles du chronographe flyback se coordonnent, tandis que la couleur rouge souligne le 16 du compteur des heures, clin d’œil à l’horaire de départ de la traditionnelle compétition.
 
Cette RM 72-01 LMC arbore le premier chronographe flyback « maison », comprenant un mécanisme d’embrayage à double pignons oscillants breveté pour des performances optimales. Redessiné, le mouvement à remontage automatique avec heures, minutes, petite seconde, date (semi-instantanée à 7h) et indicateur de fonctions offre une réserve de marche de 50 heures, chronographe enclenché ou non.
 
Breveté par Richard Mille, ce nouveau type de chronographe flyback dissocie la prise de couple entre les différents compteurs du chronographe. L’affichage, la liaison des minutes et des heures sont désolidarisés de la roue des secondes du chronographe.

Puisant sa force directement au barillet pour alimenter les 3 compteurs du chronographe, l’énergie du calibre est transmise aux rouages du chronographe via les embrayages de deux pignons oscillants montés sur bascules.
 
Commandant notamment les fonctions de démarrage, d’arrêt, de flyback et de remise à zéro, ces bascules sont activées par une roue à 6 colonnes qui, par sa construction, optimise la simultanéité des actions et le verrouillage des fonctions, tout en offrant une pérennité des réglages.
 
Cette invention s’annonce telle « une avancée majeure dans le calcul des temps ». Elle se veut « moins sensible aux perturbations, moins encombrant que les mécanismes connus » et la dissociation de la fonction chronographe de celle de la mesure du temps journalier n’affecte en aucun cas la marche du mouvement de base lorsque le chronographe est enclenché.
 
L’actionnement du poussoir, situé à 4h, permet la remise à zéro de l’aiguille du chronographe sans arrêt du mécanisme au préalable (flyback ou retour en vol). Ce dispositif fût à l’origine mis au point pour les aviateurs afin d’éviter toute perte de temps et de précision lors de l’arrêt, de la remise à zéro et du redémarrage du chronographe, au passage d’un point de navigation.
 
Lorsque la fonction chronographe est activée, les heures (compteur 24 heures) et les minutes (compteur 60 minutes) sont visibles via les deux compteurs placés respectivement à 5 heures et 2 heures, les secondes écoulées étant affichées par l'aiguille centrale.
 
Comme sur un sélecteur de changement de vitesses d’une voiture, l’indicateur de fonctions permet de visualiser, une fois la couronne tirée, le remontage, la mise à l’heure ou le réglage de la date. Chaque mode sélectionné est indiqué par une aiguille située à 3 heures : W (Winding, remontage) - D (Date) - H (Hand setting, mise à l’heure).
 
En utilisant un rotor en platine avec un roulement à billes en céramique combiné à un système d’inverseur One Way, le barillet peut être remonté de manière optimale tout en conservant des dimensions compactes.

Montres-de-luxe.com | Publié le 28 Juin 2023 | Lu 5100 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail