Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Girard-Perregaux Competizione : chrono classe


G.P. revient cette année avec une très belle collection de chronos tricompax/date qui devrait séduire les fans de compétition automobile. En effet, les montres de la gamme Competizione renouent avec le prestigieux passé de la manufacture et surtout, avec son amour des belles mécaniques. A quatre roues ou roue à colonne. Entre Stradale et Circuito à partir de 10.000 euros env.



Chez Girard-Perregaux, la fabrication de chronographes a débuté dès l’apparition de cette complication, dans le courant du 19ème siècle. Ses modèles de poche étaient réalisés pour atteindre des sommets de précision (la manufacture a remporté de nombreux prix au cours de sa longue histoire). Soignés, ils étaient parfois agrémentés d’une rattrapante, une complication additionnelle permettant de mesurer des temps intermédiaires ou deux actions ayant le même départ, mais une fin différente.
 
Ces instruments ont bien évidemment évolué au fil des décennies pour passer au poignet dans le courant des années 1920-1930. Dès cette période, l’expertise de G.P. a permis la mise au point des chronographes de sports réputés pour leur fiabilité et leur robustesse. Durant les fifties, Girard-Perregaux a produit des chronos imaginés pour répondre aux besoins des ingénieurs. Puis, au début des sixties, la maison a lancé des montres plus « sport », destinées à séduire les jeunes générations en quête de garde-temps susceptibles de mesurer les performances individuelles.
 
Le chronographe trois compteurs, connu alors sous le nom de « Ready-Go » et plus spécialement dédié aux pilotes de rallyes ou de moto, a rencontré un grand succès commercial. D’ailleurs, les amateurs de belles mécaniques horlogères sont des amoureux de ces chronos vintage que l’on trouve encore sur le marché des montres de seconde-main.

Ces modèles historiques ont incité l’équipe dirigeante de l’époque, notamment Luigi Macaluso, ancien pilote de rallye et entrepreneur passionné à relancer en 1992, une collection de chronographes inspirée de ceux des années 1960 et dédiés, eux aussi, à l’univers des voitures de course. A noter que dans les années 2000, la marque produisait des chronos « Ferrari » (réf 8020) encore très prisés de nos jours.  

Cette année, cette nouvelle collection de chronos baptisée Sport Competizione rend hommage à la vitesse à travers des inspirations glanées dans l’univers automobile. Leur ligne évoque librement le fameux chronographe Club Italia qui, lancé en 1987 a été le point de départ de la reconquête par la marque, à une époque où le quartz régnait en maître, d’un marché émergeant alors en quête de produits historiques de qualité.
 
G-P a choisi d’habiller le chronographe Stradale d’un boîtier en acier de 42 mm. Etanche à 30 mètres, cette carrure se dote de cornes longues et incurvées permettant de suivre la courbure naturelle du poignet. Elle reçoit également des poussoirs « champignons » très fifties et se pare d’un fond en verre saphir permettant de profiter des finitions du mouvement « manuf » GP03300.
 
Ce calibre de 11 lignes ½ (soit 25,60 mm) et de 6,50 mm d’épaisseur est constitué de 435 composants dont 63 rubis. Vibrant à 4 Hz (soit 28’800 alternances par heure), il possède une autonomie de 46 heures, une fois le mouvement remonté. Il permet l’affichage au cadran, proposé en argenté ou noir, des informations horaires classique, mais indique également les temps chronométrés à la pointe de la longue trotteuse centrale, ainsi que les minutes et les heures écoulées dans des compteurs additionnels finement azurés. Ce modèle dispose  d’un quantième guichet entre les index de la 4ème et de la 5ème heure.
 
Vivant avec son temps, G-P a également voulu offrir aux amateurs de produits dans l’air du temps, un chronographe associant avant-garde et tradition. C’est le Circuito et son boîtier de 42 mm associant le titane au carbone pour un effet métallique pouvant rappeler les carrosseries des voitures haut de gamme. Un alliage qui a nécessité le développement d’une conception de boîtier propre au matériau composite. Ce chronographe arbore un cadran en composite ajouré « nid d’abeille» rappelant les calandres et prises d’air dans le domaine automobile pour un effet sport-chic assuré. Ces deux montres sont commercialisées sur bracelet en cuir ou acier.

Spécificités techniques

Boîtier en acier 42 mm
Epaisseur : 13,54 mm
Glace saphir antireflet
Fond saphir antireflets
 
Etanchéité : 30 mètres (30 ATM)
 
Cadran noir ou argenté
Aiguilles type « bâton »
 
Mouvement Girard-Perregaux GP03300 automatique
Diamètre : 25,60 mm (11 1/2’’’)
Hauteur : 6.50 mm
Fréquence: 28’800 Vib/h - (4 Hz)
Nombre de composants : 435
Rubis : 63
 
Réserve de marche : min. 46 heures
 
Bracelet alligator noir ou brun cousu ou en acier sur boucle déployante
 
Existe aussi en composite de titane et carbone avec couronne et poussoirs en titane traitement DLC
Cadran : « en nid d’abeille »
Bracelet veau effet carbone sur boucle déployante DLC acier

Montres-de-luxe.com | Publié le 21 Mars 2016 | Lu 2475 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos