Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Seiko : une très belle Présage pour le 110ème anniversaire de la première montre-bracelet japonaise


On le sait, Seiko fait partie des plus grandes manufactures horlogères au monde et son apport à cette industrie est phénoménal ! Alors que nous approchons de 2023, la maison japonaise vient de dévoiler une édition limitée de 2.500 exemplaires très intéressante et réussie avec son look rétro qui rend hommage à la Laurel, la toute première montre-bracelet japonaise ! Compter 1.900 euros.



Si la première montre-bracelet de l’histoire est née en 1812 lorsque Breguet imagina un garde-temps à porter au poignet pour la sœur de Napoléon, l’élégante Caroline Murat, Reine de Naples , on doit la toute première montre-bracelet japonaise à Seiko. Cent ans plus tard, en 1913.
 
C’est pour rendre hommage à cette création que Seiko présente cette Presage Watchmaking 110e Anniversaire, une très belle édition spéciale et limitée de 2.500 exemplaires qui sera disponible à partir de janvier 2023 dans les boutiques Seiko et chez les revendeurs agréés. Un garde-temps au look rétro qui évoque le modèle Laurel de 1913.
 
Tout commence en réalité en 1881 lorsque Kintaro Hattori ouvre à Tokyo, dans le quartier de Ginza,  un magasin de réparation et de vente d’horloges. Dix ans plus tard, en 1892, il crée une usine appelée Seikosha qui produira ses propres horloges.

Et vingt ans plus tard, alors que les montres de poche étaient encore la norme, il se lance dans l’expérimentation des montres-bracelets qui étaient alors à la pointe de la technologie à cette époque ! C’est ainsi qu’en 1913, son entreprise produira la toute première montre-bracelet du Japon, la Laurel.
 
En effet, alors qu’à l’époque de nombreuses entreprises se concentraient sur la fabrication d’horloges de table et de montres de poche, Kintaro Hattori, visionnaire, avait prévu l’avènement de la montre se portant au poignet. C’est ainsi qu’il prit une belle longueur d’avance sur ses concurrents !
 
En 1913, Seikosha entama donc la production de la Laurel. Après son lancement, l’usine fit d’énormes progrès dans le développement de toutes les technologies de fabrication de montres-bracelets (de l’avantage d’être le premier) : de la conception à la micro-fabrication en passant par la fabrication de machines-outils.

Lire aussi : Tokyo : Seiko Dream Square, le nouveau flagship Seiko en plein coeur de Ginza

Un premier pas d’une longue série d’innovations qui feront progresser l’horlogerie, incluant la première montre-bracelet à quartz en 1969 et la technologie révolutionnaire du Spring Drive en 1999.
 
L’an prochain, Seiko va donc célébrer le 110ème anniversaire de sa première montre-bracelet avec la sortie d’une collection de pièces commémoratives qui débute avec cette nouvelle création qui s’inspire de la Laurel de 1913 (son cadran indiquait bel et bien Laurel et non Seiko ; cette montre est d’ailleurs exposée au sein du musée Seiko de Ginza ).
 
Cette nouvelle montre en acier de 37,5 mm (étanche à 50 mètres) reprend la forme et le design de la Laurel. Le boîtier rond conserve l’élégance de l’original tout en abritant, bien évidemment, un mouvement automatique moderne.

Tout comme le modèle original de 1913, cette création présente un cadran en émail véritable à deux niveaux. Sa profondeur et sa beauté, ainsi que sa durabilité dans le temps, sont rendues possibles grâce à l’expertise dans la production d’émail du maître artisan Mitsuru Yokohama et de ses équipes. Le Japon étant comme la Suisse, capable de réaliser de splendides cadrans en émail.
 
Les chiffres arabes (dont le 12 en rouge) caractéristiques de l’époque, les aiguilles bleutées au style rétro et la grande couronne aux bords cannelés ont été fidèlement reproduits ! On remarque aussi que le design distinctif du chiffre quatre (la terminaison de sa barre horizontale) a également été recréé !

Pour rappel, le chiffre rouge à 12h servait à positionner midi par rapport à la couronne à une époque où le 12 était souvent placé au niveau de la couronne. Il fallait donc habituer le porteur au nouvel emplacement de lecture de midi !

L’ensemble est protégé par un verre saphir box-shapped qui renforce l’aspect rétro, avec un revêtement antireflet sur la surface intérieure offrant une grande lisibilité quel que soit l’angle de vue.

Côté « moteur », cette nouvelle création est équipée du calibre amagnétique 6R27 (4 Hz) de Seiko, qui comporte un indicateur de réserve de marche à 9h (45h de réserve de marche) et un compteur de date à 6h -qui remplace la petite seconde présente à cet endroit dans la version originale.
 
La montre est dotée d’un bracelet en cuir de cerf traversant, assurant un maximum de confort et de durabilité.
 
Dernier point : en 2014, la Japan Society of Mechanical Engineers a désigné la Laurel comme l’un de ses « patrimoines d’ingénierie mécanique » en reconnaissance de sa contribution au développement de la technologie mécanique.

Montres-de-luxe.com | Publié le 14 Décembre 2022 | Lu 33963 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail