A    B    C    D    E    F    G    H    I    L    M    O    P    Q    R    S    T    U    V    W
Rattrapante :
Dispositif permettant l'affichage de plusieurs temps successifs mesurés à partir de la même origine, le temps de lecture pouvant être rattrapé sans perturber la mesure. Terme équivalent : temps intermédiaire.

Remontage :
Mise en place des divers organes qui composent le mouvement. Les opérations (autrefois entièrement manuelles) sont aujourd'hui fortement automatisées. L'élément humain, principalement pour les contrôles, est toutefois toujours primordial.
Voir aussi : Mouvement, Rotor

Ressort-timbre :
Lame de ressort, entourée autour du mouvement, sur laquelle vient frapper le marteau d'une montre à répétition. L'invention par Breguet du ressort-timbre en 1783, marque un tournant dans l'histoire de la montre. Le ressort-timbre remplace le timbre traditionnel (ou cloche) et présente l'avantage de réduire considérablement l'épaisseur des montres à sonnerie.

Retour en vol :
À l'origine, cette fonction a été mise au point pour les pilotes d'avion. Elle permettait en effet, quand le chronographe était activé, la remise à zéro et la reprise de la course des aiguilles sans passer par l'arrêt. De fait, sur les montres équipée de cette fonction, une seule pression sur le poussoir est nécessaire, autorisant un précieux gain de temps pour cette séquence spécifique d'utilisation du chronographe.
Voir aussi : Flyback

Rhabillage :
Action et résultat de rhabiller, c'est-à-dire de réparer une montre, de la remettre en état de fonctionner.

Rolex : numéros de série et année de fabrication :
Rolex : numéros de série et année de fabrication

2007 Z
2006 F, D, Z
2005 D,F
2004 F, Y
2003 Y
2002 K, Y
2001 P, K
2000 A, P
1999 A
1998 A
1997 U
1996 T
1995 W
1994 S
1993 S
1992 C, X
1991 N, E, X
1990 E, L
1989 L
1988 R
1987 9,760.000
1986 9,290.000
1985 8,600.000
1984 8,300.000
1983 7,800.000
1982 7,300.000
1981 6,900.000
1980 6,400.000
1979 5,900.000
1978 5,400.000
1977 5,000.000
1976 4,530.000
1975 4,280.000
1974 4,000.000
1973 3,740.000
1972 3,470.000
1971 3,210.000
1970 2,950.000
1969 2,680.000
1968 2,420.000
1967 2,160.000
1966 1,870.000
1965 1,792.000
1964 1,710.000
1963 1,633.000
1962 1,558.000
1961 1,480.000
1960 1,400.000
1959 1,320.000
1958 1,240.000
1957 1,170.000
1956 1,090.000
1955 1,105.000
1954 934.000
1953 869.000
1952 804.000
1951 737.000
1950 673.000
1949 608.000
1948 550.000
1947 490.000
1946 413.000
1945 348.000
1944 283.000
1943 253.000
1942 223.000
1941 194.000
1940 164.000
1939 135.000
1938 117.000
1937 99.000
1936 81.000
1935 63.000
1934 49.000
1933 45.000
1932 42.000
1931 40.000
1930 38.000
1929 35.000
1928 33.000
1927 30.000
1926 28.000
1925 25.000

Rotor :
Demi-disque de métal lourd que l'énergie provenant de chacun des mouvements du bras fait pivoter librement à l'intérieur du boîtier de la montre automatique. Son poids tend à le remettre toujours à la verticale. Démultipliées par un dispositif ad hoc, ses rotations arment continuellement le ressort.

Un rapport, daté du 23 décembre 1778, qui décrit ce système sur une pièce déposée par Hubert Sarton, se trouve à l’Académie des Sciences de Paris.
Voir aussi : Remontage, Automatique

Rouage Seconde :
Ensemble des roues dentées et pignons de la montre. Unité de base du temps correspondant à la 86'400ème partie du jour solaire moyen. Celui-ci est donné par la durée de rotation sur elle-même d'une Terre idéale, décrivant un cercle autour du soleil en une année, à vitesse constante et dans le plan de l'équateur. Après la deuxième guerre mondiale, les horloges atomiques devinrent si précises qu'elles purent mettre en évidence les irrégularités, pourtant infinitésimales (quelques centièmes de seconde par année), de la durée de rotation de la Terre sur elle-même. Il fut alors décidé de redéfinir l'étalon de référence, ce que fit la treizième Conférence générale des poids et mesures en 1967, dans les termes suivants: "La seconde est la durée de 9.192.631.770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l'état fondamental de l'atome de césium 133". Conventionnellement, la seconde est notamment subdivisée en dixièmes, centièmes, millièmes (milli-), millionièmes (micro-), milliardièmes (nano-) et billionièmes (pico-secondes).

Rubis :
Pierre naturelle très dure, oxyde d’aluminium cristallisé de couleur rouge (corindon). Le rubis est la pierre qui convient le mieux pour les coussinets des différents mobiles de la montre et les organes de l’échappement. Le rubis percé fut utilisé pour la première fois par N. Patio de Duillier en 1704. Les rubis utilisés en horlogerie sont synthétiques, polis et percés afin de servir de coussinet aux différents axes des rouages de la montre. Ils permettent ainsi de réduire au minimum les phénomènes de frottement.

De manière générale, on peut dire qu’une montre mécanique simple (heures, minutes, secondes) devrait contenir au minimum quinze rubis placés aux endroits exposés à l’usure due au frottement. Elle doit être équipée d’un système amortisseur de chocs au balancier, d’un spiral de bonne qualité et d’un ressort incassable.

Réglage :
Ensemble des opérations tendant à assurer une bonne marche de la montre.

Régulateur :
Le régulateur est apparu au milieu du 18ème siècle. Il s'agissait d'une horloge de précision sur laquelle les trois unités de mesure traditionnelles, l'heure, la minute et la seconde, occupaient des emplacements distincts. Les chronomètres de marine, animés par un ressort-moteur, présentaient eux aussi la même disposition. Si les indications étaient excentrées, il y avait à cela une raison d'une simplicité stupéfiante : l'aiguille « lente » des heures ne devait pas nuire trop longtemps à la bonne lisibilité de l'aiguille des secondes (petite, certes, mais néanmoins essentielle) lorsqu'elle était positionnée dans la partie inférieure du cadran. C'est pourquoi un cadran intérieur spécifique lui fut attribué, où elle ne risquait pas de concurrencer les autres aiguilles. Cette particularité explique également la rotation isolée de l'aiguille des minutes au milieu du cadran.

Répétition :
Montre qui sonne ou répète habituellement à la demande les heures, les quarts ou les minutes.

Voir aussi : Sonnerie

Réserve de marche :
Indication supplémentaire permettant de connaître visuellement - en heures ou en jours - l'état de remontage de la montre.



Rétrograde (aiguille) :
La fonction rétrograde signifie que l’aiguille qui sert à afficher l’heure, les minutes, la date, etc. revient instantanément en arrière pour regagner sa position initiale, une fois son chemin parcouru

A    B    C    D    E    F    G    H    I    L    M    O    P    Q    R    S    T    U    V    W